Les options sur actions ont le vent en poupe

Jeudi 17 septembre 2015 — Parmi tous les travailleurs belges percevant un salaire variable, 9,20 % d’entre eux disposent aujourd’hui d’un système d’options sur actions (ou warrants). Il s’agit d’une hausse considérable par rapport aux 5,82 % de 2011. Les chiffres du prestataire de services RH SD Worx en attestent. Autres tendances : le système n’est plus l’apanage des cadres, puisqu’il est à présent largement appliqué pour les employés et s’étend progressivement aux ouvriers également. En outre, il existe désormais aussi pour les dirigeants d’entreprise indépendants. Pour les travailleurs, il s’agit d’options sur actions cotées en bourse, pour les indépendants ce sont des options sur actions non cotées.

Une option sur actions est un droit d’acheter un certain nombre d’actions pendant une période donnée à un prix fixé à l’avance ou restant à définir. Dès que les options sur actions sont disponibles, le travailleur peut les vendre. Dans neuf cas sur dix, le travailleur choisit de les vendre dès le premier jour. Et la quasi-totalité des 10 % restants est vendue dans les deux semaines. Seule une minorité absolue choisit de conserver plus longtemps les options sur actions, comme un placement.

40 % de net en plus

Dans la population active belge, un peu plus de quatre personnes sur dix (42 %) perçoivent un salaire variable. Parmi elles, le système des options sur actions est de plus en plus utilisé comme une manière de se verser l’équivalent d’un bonus. Le système offre en effet des avantages tant pour le travailleur que l’employeur. Ce dernier ne doit pas payer de charges sociales, contrairement à ce qui se passe en cas de versement d’un bonus en espèces. Le travailleur conserve davantage en net que sur un bonus.

Lode Neyt, legal manager chez SD Worx: 

 En cas de versement classique en espèces, sur un bonus de 1 000 euros bruts, il reste au travailleur environ 470 euros nets. Soit à peine un tiers de ce que cela coûte actuellement à l’employeur.  Si l’employeur et le travailleur choisissent de consacrer ce même budget à des options sur actions, le montant net peut grimper jusqu’à 670 euros lors d’une évolution en bourse neutre. C’est environ 40 % en plus.

Le système d’options sur actions est notamment populaire auprès des entreprises employant entre 250 et 499 travailleurs, dont 14 % perçoivent un salaire variable. C’est au sein des entreprises de plus de 1 000 travailleurs que les chiffres sont les plus bas, avec moins de 4 %. Dans les entreprises de jusqu’à 50 travailleurs, la proportion est de 6,89 %. Au niveau des secteurs, la construction affiche le résultat le plus élevé, avec 23,20 %, suivie par la pharmaceutique (17,13 %) et l’industrie (14,20 %).

Aussi pour les indépendants

De nombreux dirigeants d’entreprise indépendants se font verser un salaire modeste par leur société. SD Worx a dès lors examiné les possibilités en matière d’options sur actions pour ce groupe-cible.

« En intégrant des options sur actions avec garantie dans son package de rémunération, l’entreprise peut rémunérer plus correctement les prestations du gérant indépendant, et ce, à un coût fiscal plus acceptable. Nous avons lancé cette offre avant l’été et nous observons un vif intérêt. Par conséquent, cette formule pourrait bien, semble-t-il, rencontrer également un franc succès auprès des dirigeants d’entreprise indépendants », indique Bart Baudelet, senior consultant chez SD Worx.

À propos de SD Worx

 

SD Worx offre un service complet dans le domaine du payroll, des RH et du Tax & Legal en Europe, aux Etats-Unis et au Canada. Plus de 2.000 collaborateurs servent près de 54.000 clients dans les secteurs privés et public, allant de PME à de très grandes organisations. Ils proposent calcul et administration des salaires, formations, recherche RH, consultance sociojuridique, fiscale et RH, progiciels spécialisés pour les services au personnel et soutien sur place. SD Worx calcule chaque mois plus de 1.35 million de salaires et possède des bureaux à Amsterdam, Anvers (siège), Berlin, Breda, Bruxelles, Francfort, Gand, Hasselt, Courtrai, Louvain-la-Neuve, Luxembourg, Liège et Paris. SD Worx est co-fondateur de la Payroll Services Alliance, qui assure le calcul de plus de 30 millions de salaires.

Pour plus d’informations : www.sdworx.be